Étiquettes

, , , , , , ,

Par TalisCat,

Ce cours n’en fini pas … Je sens son regard me scruter. La poitrine quand je suis face à lui et mes fesses dés que je me retourne.
J’entends même certains de ses commentaires …
« – T’as vu la paire de seins … Et cette jupe courte … Je te parie que c’est une grosse chienne »
« – Ouais si ça se trouve elle attend que ça qu’on lui saute dessus »
« – On pourrait vérifier, non ? »
J’entends leur ricanement, mes joues rougissent. J’essaie de garder mon calme
« – Hey, elle nous a entendu ! »
« – Ca a l’air de l’exciter’
Je casse ma craie. Je n’ose me baisser pour la ramasser
« – Ca va, m’selle ? Besoin d’un coup de main »
Nouveau ricanements
Je bredouille
« – Non, non, merci »
La sonnerie retentit.
Je respire.
Je m’accroupis pour ramasser le morceau de craie.
Je sens une présence
Il est déjà là et regarde mon décolleté avec un air lubrique
Je sursaute et tombe sur les fesses.
Il sourit et se dirige vers la porte en murmurant
« – Joli culotte »
J’essaie de reprendre mon calme.
« – Arrête espèce de pervers ! »
Je sursaute. C’est le cri d’une élève. Apparemment il profites de l’étroitesse de la porte pour tripoter les filles qui sortent.
Je me dirige vers lui
« – Arrêtez immédiatement !!! »
« – Pourquoi, vous êtes jalouse ? »
La gifle pars sans que j’y réfléchisse.
Je bredouille
« -Excusez … Euh … Mais vous ne devriez pas … »
Il s’écarte de la porte en frottant sa joue.
Je m’enfuie sans demander mon reste mais je sens ses yeux me suivre.
Je reste tard en salle des profs en essayant de réfléchir à tout ça. Comment réagir ?
Je n’aurais pas du le gifler mais comment faire autrement …
Enfin je me décide à rentrer chez moi.
Les couloirs sont déserts.
« – M’selle !!! »
Je sursaute. Je reconnais sa voix et n’ose me retourner.
C’est un cauchemar
Je me retourne lentement. Il est déjà si près de moi, je ne l’ai pas senti approché, perdu que j’étais dans mes pensées.
« – Ou.. Oui ? »
« – Vous savez que vous n’avez pas le droit de gifler un élève ? »
« – Je … je suis désolé. Mais vous … vous gêniez les filles et … »
« – Et vous ça vous a gêné ? »
« – Pardon ? »
« – Vous auriez aimé être à la place de ces filles, non ? »
« – Absolument pas ! Quel idée saugrenue »
« – Je n’en crois pas un mot »
Il plaque sa main sur le mur à côté de ma tête et me serre contre le mur.
Je tremble
« – Arrêtez immédiatement ! »
Il me murmure à l’oreille
« – Voyons vous tremblez d’excitation ça se voit … »
Ses paroles me trouble, je ne sais plus que penser.
Je répète
« – Stop, je vais crier ! »
Mais ma voix n’est plus aussi assuré.
Il a trouvé la faille et compte bien en profiter …
Il recule, me scrute.
« – Ecoutez. Allons en parler en salle des profs, on sera plus à l’aise et on pourra trouver un terrain d’entente »
Je suis étonné et soulagé qu’il soit aussi raisonnable. Je l’imaginai déjà me violant.
« – Oui, c’est vrai, nous serons plus à l’aise »
Et puis c’est plus proche de la loge du gardien et mieux éclairée, pensais-je intérieurement …
Nous marchons en silence, il est étrangement calme.
Nous arrivons à la salle des profs. J’ouvre la porte.
« – Entrez, je vous prie »
« – Merci Mademoiselle »
Je suis stupéfaite par son ton courtois.
Je laisse malgré tout la porte entrouverte … Ce sera plus facile de fuir si besoin est.
Je m’assoie et il reste debout devant moi, les bras croisés.
il se gratte la tête puis demande, l’air gêné.
« – En fait je voudrais vous demander un truc … C’est pour discuter avec une amie américaine sur le Net. Vous pourriez traduire des phrases pour moi »
Je suis étonnée d’une demande aussi studieuse.
« – Oui bien sur, vous les avez sur un papier ? »
« – Non en fait on discute par micro, je préférerais que vous le disiez à voix haute. »
Ses résultats à mes contrôles ne m’aurait jamais laissé pensée qu’il discutait avec une américaine …
« – D’accord, allez y »
« – Je voudrais que tu m’encules fort et profond »
Je sursaute, puis rougis … Je me disais aussi. Enfin bon, si ça peut lui faire plaisir.
Je murmure, les yeux baissés
« – I want you to fuck me hard and deep »
« – J’entends rien, parlez plus fort et regardez moi, sinon ça ne m’aide pas ! »
Je sers fort les poignées de ma chaise, puis avec toute la dignité dont je peut faire preuve je dis distinctement :
« – I want you to fuck me hard and deep »
Ca a l’air de le déstabiliser, tant mieux.
« – Euh …oui, mais c’est pas un peu ambigu ? Je veux dire ‘fuck’ ça peut être par devant, non ? »
Il ne perds pas le Nord. Ok, ne nous laissons pas déstabiliser.
« – Bien alors : I want you to take my ass hard and deep »
« – Ah, ouais, bien ça … »
Il a l’air d’essayer de mémoriser … Il est vraiment sérieux ?
« – Bon et ça : Je voudrais que tu me violes le trou du cul avec ta grosse bite. Que tu me souilles au point que je veuilles mourir »
« – C’est pas un peu hard pour votre age ? »
« – Pourquoi, vous pratiquez ça, vous ? Vous aimez ? »
Je bafouille
« – N.. Non, bien sur, je veux dire … Enfin c’est très limite comme comportement. Une jeune fille ne demanderait jamais ça »
Il toussote
« – Je sais c’est juste pour rigoler avec elle ne vous inquiétez pas »
Ca a l’air de le géner aussi, ça me rassure.
« – Ok. I want you to rape my asshole with you big dick. I want to be wasted untill I feel like dying »
« – Wow, on vois que vous avez l’habitude, ça sonne très pro dans votre bouche »
Je ne sais comment je dois prendre ça … je bafouille un remerciement.
Il enchaine :
« – Je veux hurler de douleur »
« – I want to scream out loud in pain »
« – Et un dernier … »
Enfin …
« – Je veux te faire un gorge profonde allongé nu sur la table »
Je suis éberluée
« – D’où vous sortez ce terme ? »
« – Du Net »
« – Vous savez ce que ça veux dire ? »
« – Pas vraiment … mais c’est pas grave, c’est juste pour rigoler »
« – Tout de même … »
« – Allez, s’il vous plait, vous me devez bien ça »
« – Bon d’accord »
Je me racles la gorge
« – I want to deepthroat you, while I’m lying naked on the table »
Silence gêné
« – Bien on est quitte maintenant. »
« – Pas tout à fait »
« – Quoi encore ? »
« – Je voudrais voir votre joli cul »
« – CA VA PAS LA TETE ? Je suis pas une pute ! »
« – Allez M’selle, j’suis puceau vous savez, j’en ai jamais vu. Et puis vous êtes jolie »
Il me flatte le sagouin
Il se frotte la joue. Pas besoin de sous titre pour comprendre … Si je veux éviter le procès …
« – OK, j’ai compris »
Je m’appuies sur la table, remonte un peu ma jupe et lui montre ma croupe.
« – Content ? »
« – M’selle … »
« – Quoi encore ? »
« – Baissez juste votre culotte … »
Au point ou j’en suis
Je la descends au niveau de mes genoux
Je sens son regard … Je mouille malgré moi.
« – Faut pas avoir peur M’selle, vous vous faites pipi dessus ! »
Crétin … Je parie qu’il sais que ce n’est pas de l’urine
Je sens un mouchoir en papier le long de mes cuisses
« – Arrêtez maintenant ! »
« – Je voulais juste vous essuyer … Ca sens pas l’urine c’est marrant … »
Bien sur pauvre con, c’est de la mouille … Arrête ton petit jeu et barre toi, j’ai envie de me masturber.
« – C’est bon, maintenant ? »
« – Vous pouvez écarter les fesses avec vos mains que je voie mieux ? »
« – T’abuses vraiment … »
Je m’exécute
Il pose ses mains sur mes hanches.
« – Otes tes mains de là ! »
« – Vous étiez sérieuse pour les trucs en Anglais ? »
Il me prend de cours, je ne pense même pas à arrêter d’écarter mes fesses. Ma mouille se fait plus abondante sur ma cuisse
« – Euh, oui. Pourquoi t’aurait-je menti ? »
« – Nan parce que ça doit faire mal … »
« – Hein ? Qu’est-ce que tu ve… AIIIIIEEEEE »
Je n’ai pas eu le temps de réaliser ce qu’il voulait dire que sa bite s’enfonce dans mon cul.
Je veux résister mais il maintiens mes mains dans mon dos me plaque le visage sur la table.
Je pleure à chaude larme.
Je veux hurler mais la douleur bloque mes cris dans ma gorge.
Je ne parviens qu’à émettre des borborygmes informes. Et des hurlements de douleur aussi.
« – Je vous avais dis que ça allait faire mal … mais vous aviez l’air de tellement le vouloir … »
Je parviens à articuler
« – AIIIIEEE Salop … OOUUCHH … Petit salopard … AIIIIIIIIEE »
Il sors enfin de mon cul.
Je reste un moment à chialer comme une gamine puis me reprends.
« – SALE CON ! C’EST UN VIOL CE QUE TU VIENS DE FAIRE ! »
Il me regarde amusé
« – TU VAS PAS RIRE LONGTEMPS ATTENDS QUE JE PREVIENNE LE GARDIEN ! »
J’entends des pas qui s’approche … Le gardien à entendu mes cris … Il vient à mon secours
Je rassemble mes esprits. Essuie mon nez et mes yeux. Mon maquillage doit avoir coulé … quelle pensée futile … Dire qu’il m’a fait mouillé au début
« – Tu vas moins faire le malin au poste de police »
La porte commence à s’ouvrir
Je me tourne vers elle et dis :
« – Monsieur le gardien ! Vous arrivez … »
Les mots s’étranglent dans ma gorge.
Un de ses potes se tient dans l’encadrement de la porte. Il tient une caméra à la main. Il se masturbe de l’autre.
J’entends un ricanement derrière moi.
« – Tu sais quoi ? Je crois que tu va me sucer maintenant »
Pas d’issue … Si je hurle assez fort le gardien m’entendra peut-être… oui c’est ça.
« – Ca m’étonnerai, le gardien m’entendra si je crie »
« – Sauf que tu criera pas »
Son assurance me déstabilise
« – Et pourquoi ça ? »
« – Parce qu’avec la cassette à mon pote on pourra prouver que tu m’as demander de te faire des trucs crades et que tu m’as allumée en me montrant ton cul. Ca s’appelle du détournement de mineur »
« – Tout le monde verra que c’est un traquenard voyons ! »
« – Mon pote est très doué pour les montages vidéos … »
Je reste sans voix
« – Alors tu suces ? »
Je me sens perdu.
Il me force à m’agenouiller. Je résiste à peine
« – T’as compris, c’est bien »
Sa bite sens le sang et la merde … Il m’a vraiment défoncé le cul le salaud.
Je murmure :
« – Nettoies au moins ton sexe avant … »
« – Nan j’ai pas envie. C’est toi qui l’a sali, c’est toi qui le nettoie »
L’infâme salopard …
« – Mais je risqu…UMMMM »
Il m’a enfourné sa bite dans la bouche pendant que je parlais. Il l’enfonce bien au fond. j’étouffe …
Il la ressors enfin et de la bave sors de ma gorge … Je tousses, reprends ma respiration …
Son pote tourne autour de nous avec sa caméra. Il continue à se masturber.
Il plante sa verge à nouveau dans ma gorge. Cette fois-ci j’ai eu le temps de prendre un inspiration mais le salaud en profite pour me saisir la nuque et faire des va et viens avec ma tête.
Les larmes me monte à nouveau au yeux, je fermes les yeux
« – Regardes moi »
Sa bite me ravage le palais, la gorge …
« – Regardes moi si tu veux pas avoir des problèmes ! »
Je me forces à entrouvrir les yeux et à le regarder. Ma vision est trouble.
« – C’est bien, brave petite chienne »
Il me caresse les cheveux pour appuyer son propos … Ce connard me traite vraiment comme un animal …
Il arrête enfin de prendre ma bouche.
Je fais mine de m’essuyer le visage mais il dit :
« – Nan reste comme ça c’est plus excitant … Avec ton Rimmel qui coule et tout … »
Je serre les dents :
« – Sale petit con … »
Il m’étrangle
« – Qu’est-ce que t’as dit, salope ? »
« – N… Non rien … »
« – Non j’ai entendu un truc qui finissait par ‘on’ … »
Je peine à respirer, je réfléchi à cent à l’heure pour sauver ma vie
« – Je disait que c’était vachement bon »
Il s’adoucit, relâche son emprise
« – Brave petite pute, tu aimes ça en fait ? »
Je boue intérieurement, je voudrais le tuer
« – Oui, j’adore »
« – Bien alors on va pouvoir passer au dernier truc que tu m’avais demandé de te faire »
« – Hein ? Comment ça ? »
« – Tu sais bien … ton cours d’Anglais »
J’essaie de me rappeler …
« – Je vais te rafraichir la mémoire. Déshabille toi »
Je m’exécute.
« – Allonge toi sur la table. Non dans l’autre sens, il faut que ta tête pende vers moi »
Que va-t-il encore me faire, j’en tremble d’effroi.
Il approche alors son sexe de ma bouche et je me rappelle soudain.
« – NONNN !!! »
Je veux me redresser mais sa main est déjà sur ma gorge. Je me bats pour esquiver sa verge mais il ne tarde pas à la planter dans ma bouche.
« – Voilà tu as tout ce que tu désirais, heureuse ? »
Je me bats pour respirer, tentant d’évacuer la bave qui s’accumule sur mon visage chaque fois qu’il sors sa bite pour me laisser respirer.
Je me cambres pour que ma gorge soit en meilleur position pour recevoir sa bite, je l’aide malgré moi à me violer la bouche.
Son pote en profite pour placer sa caméra entre mes jambes et me filmer la chatte.
« – Dis donc elle mouille vachement pour une fille violée … »
« – Ouaip, elle a beau dire, elle adore ça … »
Le pire c’est qu’ils n’ont pas tort. Mon corps et ma tête sont révoltés par la situation mais ma chatte est en feu …
Pourquoi ne m’ont-ils simplement pas prise comme une femme normale … J’aurais adorée … Ou peut-être que non justement … Peut-être que j’aime être traitée en pute.
Je suis complètement perdue. Je n’essaie même plus de résister.
« – OK, ma belle tu vas avoir ta récompense »
Il m’allonge à terre et relève mon cul vers eux. J’ai les genoux à côté des oreilles, c’est très humiliant.
Il me prend alors à nouveau le cul. Il est tellement dilaté par ses coups de bite précédents et, surtout, par mon excitation que je ne ressens presque plus de douleur.
Je gémis de douleur sans réelle conviction. Ils savent maintenant que je suis à eux.
« – Regarde ça comme elle aime … C’est même plus un viol … »
Son pote s’approche de moi, caméra à la main et s’accroupit près de ma tête.
Il approche sa verge tendu de ma bouche et, avant même qu’il n’ai pu me forcer à l’avaler je sens ma tête qui prends d’elle même l’initiative de le sucer.
Il veut me forcer, enfonce sa queue au plus profond de ma gorge. Je m’en fous, j’aime ça, j’essaie de l’avaler encore plus profond.
« – T’as raison, elle est complètement nympho en fait. Tant pis, c’était quand même vachement excitant. Et puis on a des vidéos sympas à vendre aux potes »
Je ne m’occupe même plus de ce qu’ils disent, j’ai juste envie de prendre mon pied.
Ils ne tardent pas à éjaculer. L’un me rempli la gorge, j’avale goulument son jus sans même qu’il me le demande.
L’autre me rempli le cul et sors sa bite pour faire gicler les dernières gouttes sur mon corps.
Nous restons un instant ainsi. Je branle leur bite pour en extraire tout le jus.
Enfin ils me déposent sur la table.
Ils me scrutent longuement.
« – T’as aimé alors ? »
J’ai sommeil … Je ferme les yeux et hoche la tête
« – Ca te dirais qu’on parle de toi à des potes à nous »
Je répond sans réfléchir
« – Umm … oui »
« – Te faire prendre par devant et derrière ? »
Ils caressent mon corps, mes seins dont les tétons sont encore durs, ma chatte complètement trempée
« – umm, umm »
« – Et deux bites dans ton cul ? »
« – Moui .. Pourquoi pas »
« – Et tu veux qu’on te filme ? Qu’on diffuse tout ça sur le Net ? Qu’il y ait des tas de mecs qui se branlent en te voyant te faire défoncer »
Je ne réponds pas, je me cambre juste un peu plus alors que ses doigts s’enfoncent dans ma chatte.
Son pote dit sur un ton goguenard :
« – Je crois que ça veux dire oui »
« – Ouaip, on va se faire du pognon avec elle … »
Je les entends à peine partir. J’ai la tête dans le coton
Je me caresse lentement, atteint l’orgasme et tombe dans les pommes …
Quand je me réveille je suis seul, nu sur le bureau
Je me rhabille. J’ai encore la tête dans le vague.
Je réalise tout à coup en passant la porte.
J’ai un haut le cœur.
Ma vie est foutu … Je vais être virée … A moins que … Si personne ne sais …
Mais je serais une pute … Une voix en moi me murmure : ‘Oui mais tu aimeras ça … Et cette fois-ci tu prendras pleinement ton pied du début à la fin …’
Je m’enfuis en courant …

Publicités